Bilan et conseils pour les futurs immigrants au Québec

Edit : l’immigration est une chose très particulière et personnel. Chaque expérience est différente.

Lorsque le site expat.com m’a contacté pour une interview sur ma vie d’immigrante au Québec, j’ai constaté que je n’avais pas écrit d’article sur le sujet ! Aspirée par la routine sans doute et aussi sur le fait que nous sommes des milliers dans ce cas, le sujet étant devenu banal. Puis comme chaque expérience est différente, je me suis donc dit peut-être qu’un bilan/conseil pourrait en aider quelques-uns.

Alors voilà, le 6 août dernier, nous avons fêter notre 3e Canadanniversaire comme nous, les immigrants aimons l’appeler, c’est drôle car cela fait écho à une nouvelle naissance : Un renouveau, un départ de zéro. En choisissant de venir vivre au Canada, vous devez prendre conscience que vous allez recommencer votre vie à zéro. Et pas seulement, d’un point de vue professionnelle.

Le Canada n’est pas un Eldorado

On peut dire, dans un sens, que nous avons eu de la chance d’un point de vue professionnel. Pour ma part, j’ai envoyé un CV, passé un entretien et j’ai eu un travail seulement un mois après notre arrivée. Un emploi qui ne correspondait et qui ne correspond toujours pas directement à mes compétences mais au départ, vous devez mettre un pied dans le monde du travail québécois et peut importe par quelle porte vous entrez.
Mr G a mis 3 mois avant de trouver une job dans sa branche qui est assez spécifique (le hic c’est que c est à 60kms de MTL). Donc de ce côté là on peut dire que c est globalement positif !

Montréal immigration

De par mon expérience pro à MTL aujourd’hui, je peux vous dire que si vous travaillez dans le milieu des services peut importe votre poste, l’anglais sera une compétence requise. Et si vous êtes plutôt so-so de ce côté, je vous conseille de vous y mettre sérieusement car cela freinera considérablement vos recherches d’emploi ! Côté vacances, vous allez amèrement regretter vos 5 semaines. Le minimum est 2 semaines de vacances, les plus chanceux en auront 3 à l’embauche ! 2 semaines c’est peu et difficile, surtout quand la job est fatiguant nerveusement ou physiquement. Mais on s’habitue à tout !

Loin des yeux mais encore plus près du cœur

Côté personnel, plusieurs statistiques montrent que certains couples ne survivent pas à une immigration et je peux le comprendre car c’est énormément de changements d’un seul coup et tout le monde ne les gère pas de la même manière !
La distance avec la famille est un gros point noir sur le tableau, c’est au moment ou l’on se retrouve seul devant sa « dinde » de Noel que l’on prend conscience de l’importance de ces moments de réunion. Vous allez manquer des étapes importantes dans la vie de vos proches : mariages, naissances, décès. Malheureusement, rien ne vous prépare à ça et il faut vivre ces situations pour les comprendre. Mais je vous rassure on s’habitue à tout et même à  la distance et même j’aime à dire que la distance rapproche car maintenant je sais à quel point le temps passé avec mes proches est précieux.

Canada immigration

Côté cercle amical, encore une fois nous étions chanceux, nous avions déjà des amis sur place. Les rencontres se font aussi plus facile grâce aux réseaux sociaux. Ne cherchez pas à tout prix à vous faire des amis québécois ! ( le sujet revient beaucoup sur les forums  d’immigration). Ce n’est pas quelque chose qui se contrôle, c’est une histoire d’alchimie tout simplement ! Puis vous aurez plus de point communs avec des gens qui vivent la même chose que vous et c’est l’fun pareil, peut importe leur nationalité.

Québec : give me your money ! (ça sonne mieux en anglais #sorry)

Je dirai qu’il est sensiblement le même qu’en France, dépendant d’où vous habitez. Nous habitions en région Rhône-Alpes où les prix étaient assez élevés et nous ne voyons pas un grand écart.

Pour être synthétique :
-Logement : – cher qu’une ville comme Lyon à la location.
-Voiture : + cher, car vous payez vos plaques et votre permis tous les ans !
-Épicerie : + cher (dépend essentiellement de votre alimentation mais si vous cuisinez beaucoup de produits frais comme nous, c’est plus cher)
-Loisirs : + dans la mesure où dès que vous souhaitez faire une activité dans un parc national, l’entrée est payante.
-Salaires : difficile à dire de par mon expérience mais comme les impôts sont pris à la source, l’argent gagné est de l’argent de « poche » (lisez ça avec de gros guillemets hein !).

Globalement à salaire équivalent, la vie est plus douce et plus agréable à Montréal.

Canada conseils

Un esprit sain dans un corps sain

Je ne vous apprend rien si je vous dis que le système de santé est saturé. Il est vrai que les médecins de famille se font rares à Montréal et que si vous avez un rhume, grippe où tous ses petits maux du quotidien, il n’est pas utile d’aller encombrer un peu plus les salles d’attentes des cliniques médicales. Par contre, si vous avez un réel besoin de voir un médecin, vous le verrez mais pour cela vous devrez vous lever tôt. J’ai déjà fait la file à 6h30 du matin devant une clinique pour être certaine de voir un médecin et je n’étais pas la 1ère, j’ai attendu 3h30 pour une ordonnance c’est plate, mais c’est notre réalité. Par contre, une fois que vous êtes dans le système de santé en cas de besoin plus grave qu’une ordonnance vous êtes très bien pris en charge.

L’hiver, le fameux

Je ne vais rien vous apprendre en vous disant qu’il fait froid, très froid. Et qu’il y a de la neige beaucoup de neige ! Mais en étant bien habillé, on peut profiter de l’hiver. Et non les manteaux Canada Goose ne sont pas une obligation, il y en a des beaucoup beaucoup plus abordables qui font très bien la job ! Ce qui est difficile ce n’est pas le froid, c’est la durée de l’hiver. Arrivé au mois de mars/avril, tout le monde en a un peu ras-le-bol du froid et la slush (neige fondue). On a qu’une hâte, c’est que le printemps pointe le bout de son nez.

Canada vie d'expat

Si c’était à refaire

Il y a encore beaucoup d’aspect de l’immigration que l’on pourrait aborder mais pour un 1er bilan, je pense que cela répond aux principales préoccupations que les futurs immigrants peuvent avoir. Si c’était à refaire, nous le referions sans hésiter même si tout n’est pas rose. C’est une des plus belles expériences (méga enrichissante!) de notre vie.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les laisser en commentaire, ça me fera plaisir d’y répondre

 

Publicités

6 conseils pour booster votre moral

Une petite baisse de moral ? Avec l’hiver qui a du mal à céder sa place, une petite déprim saisonnière s’installe, ajouté à cela les tracas du boulot et de la vie quotidienne, il serait très facile de se dire que :  « la vie c’est de la m****  » citation préférée de mon collègue Seb. Celui qui n’a jamais eu ce feeling là me lapide, j’accepte.

En ce moment, j’ai les batteries complètement à plat, un rien m’exaspère, une petite roche me semble une montagne insurmontable, la moindre contrariété devient une catastrophe. Bref, vous l’aurez compris, j’ai les nerfs à fleur de peau, le burn-out au bout du nez. On peut justifier cela par la fatigue #vacancesenurgence, à la météo #nocomment, au stress de la vie d’adulte #cestplate.

Tout le monde connait un coup de mou et c’est ben correct de dire que parfois, non ça ne va pas. Mais c’est tout aussi normal de tout faire pour se sortir de cet état léthargo-dépressif.

Je sais ce petit mal-être n’est que passager, et que quelques trucs et astuces peuvent nous permettre facilement de retrouver le sourire.

 

1# Bougez-vous !

Alors on enfile ses baskets et on sort se défouler à la salle de sport ou dans le parc voisin. Et là, on donne tout ce qu’on a, tant que la colère ou l’énervement est là, on continue de courir, de faire des squats/abdos, whatever ! on s’épuise, jusqu’à avoir libérer assez d’endorphine pour être en paix avec nous même. Sur le chemin du retour, on se félicite pour l’effort et on se dit que demain est un autre jour. Trouver de l’inspiration »sportive » sur les réseaux sociaux, ici !

2# Soyez égoïste

Quand le moral n’y est pas, il est nécessaire de se recentrer sur soi-même, d’être un peu égoïste, n’ayons pas peur des mots et de penser à soi. Donc si vous en ressentez le besoin, décliner les invitations, et prenez ce temps pour vous. Car soyons honnête un instant, si vous ne pensez pas à vous qui le fera.

soyez egoiste

3# Detox Digital

TV, Téléphone, Tablette, PC, Pub, likes, poke, share, tweet, retweet, favoris, pin, re-pin, commentaires, post, c’est ETOURDISSANT. Et si on prenait une pause et que l’on revenait aux basiques. Manger, dormir, se promener, lire (pas de kindle please), s’amuser, tout simplement vivre en faite ! Votre moral vous remerciera.

detox digital

4# Bien se nourrir

Nous sommes ce que nous mangeons. En période de déprim, on fait le plein de vitamines en mangeant des fruits et des légumes : smoothie, avocat, noix en tous genres. On choisit les bons aliments et les bons gras qui vont faire du bien à notre corps et à notre moral. On garde les burgers et poutines pour plus tard.

healthy food

5# Soyez Fière

Pourquoi a-t-on tant de dificultés à être fière de nous ? Il est important pour notre moral de mettre en avant nos fiertés. Alors on fait une liste de ce dont on est fière, de choses positives que nous avons fait ou que nous voulons accomplir et lorsque le moral est au plus bas, on relit cette liste et on se dit a quel point on est une fille (ou un gars 😉 ) génial(e) !

6# Soyez Manuel

Utilisez ses 10 doigts est très valorisant pour l’estime de soi. Le fait de se concentrer sur une tâche créative permet de se changer les idées et met du baume au cœur. C’est toujours agréable de travailler de ses mains. Alors on se met au DIY, au coloriage thérapeutique, à la cuisine, au bricolage…Ce qui vous attire le plus et on  laisse libre cours à sa créativité.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour retrouver le sourire ?