Soupe d'hiver aux saveurs mexicaines

Soupe Mexicaine - Good Morning Montreal

Rien n’est meilleur qu’une bonne soupe chaude par un temps glacial. Enfin peut-être si du chocolat mais ce n’est pas la recette d’aujourd’hui. Voici une recette qui comblera les palais exotiques, une soupe-repas consistante et santé qui goûte les vacances au Mexique.

Pour 5 personnes

  • 400 gr de bœuf
  • 2 cuillères à soupe de bouillon de poulet
  • ½ boite de Mais
  • Champignons (à votre goût)
  • ½ boîte haricots noirs
  • 1 poivrons verts
  • ½ boites tomates en cube
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail
  • Poudre chili (à votre goût)

A votre goût et au bol

  • Coriandre
  • Oignons verts
  • copeaux de fromage

Dans un grand chaudron,  faire chauffer 1 cuillère à soupe d’huile puis faire revenir l’oignon, ajoutez votre bœuf en petits cubes, ajoutez les gousses d’ail, saler et poivrer. Faites revenir la viande jusqu’à ce qu’elle soit dorée.

Ajoutez les champignons, les haricots noirs, le maïs, le poivron vert, les tomates en cubes. Il n’y a pas plus simple. Mouillez à hauteur avec votre bouillon de poulet. Assaisonnez sel, poivre et épice chilli à votre goût. Faites revenir à feu doux durant quelques heures.

Le temps de cuisson dépend vraiment du temps que vous avez devant vous. Si vous êtes pressé, vous pouvez arrêter la cuisson dès que les poivrons sont cuits sinon vous pouvez laisser mijoter cela quelques heures à feu doux.

Dès que vous êtes prêt à passer à table, servez la soupe dans des bols et parsemez à votre goût d’oignons verts, coriandre et fromage. Je trouve que la coriandre est le twist qui fait tout le plat mais si vous n’aimez pas cela, vous pouvez vous en passer.

Bon Appétit.

Cette recette équivaut à 7 smartpoints (Weight Watchers)
Publicités

3 personnalités à suivre sur les réseaux sociaux pour se mettre au sport

Nous sommes toujours au mois de janvier, il est donc encore tant de trouver la motivation pour une nouvelle année sportive. Si vous avez envie de vous (re)mettre en forme mais que vous ne savez pas trop par ou commencer, voici quelques personnalités à suivre sur les réseaux sociaux.

Blogilates

Mon petit Chouchou, j’adore les vidéos de Cassey, j’aime son énergie, son enthousiasme et la manière dont elle propose ses exercices. Je ne suis pas une adepte du gym à la maison mais cela m’inspire pour créer des nouvelles routines d’entraînement en salle. C’est avec ses vidéos que je me suis initiée au Pilates pour acquérir les bases avant de suivre des cours. J’ai bien hâte de tester sa nouvelle vidéo P.I.T.T (Pilates par intervalle). La plupart de ses vidéos sont assez courtes et ciblées, idéales pour celles qui courent après le temps.

Blogilates est aussi reconnu pour ses accessoires de sport très girly qui donnent franchement envie de se mettre à transpirer.

Instagram / Youtube / Blogilates

FD Fitness Consultant

Félix Daigle est coach sportif et propose sur Facebook des capsules vidéos autour de la nutrition et du sport. Je vous avouerai que c’est souvent technique et parfois pas très compréhensible pour une néophyte comme moi mais je trouve ses capsules « nutrition » intéressantes et permettent de balayer plusieurs idées reçues. Idéale lorsque l’on a décidé de prendre sa santé en main autant sur le plan de l’alimentation que du sport. 

3 personnalités sportives - Good Morning Montreal

Facebook / Instagram

Sonia Tlev 

Sonia Tlev est la fondatrice du programme Top Body Challenge. Sonia est tout un phénomène sur Instagram (avec un corps à faire baver plus d’un) et son programme connait un grand succès. Elle met en avant les photos avant/après des challengeuses, et les résultats sont juste OMG. Je m’inspire des mini-vidéos postées sur Instagram ainsi que sur sa chaîne Youtube pour compléter ma routine au gym et pour rester motiver.

3 personnalités sportives - Good Morning Montreal

Instagram / Top Body Challenge / Youtube

♥ Bonus Montréalais ♥

Mouvement Happy Fitness

HappyFitness mise sur son expertise et sa passion pour inspirer les femmes à rétablir l’équilibre et prendre le contrôle sur leur vie et leur santé” voilà tout est dit. Je suis le compte Instagram d’HappyFitness pour leur photo “inspiration” et “motivation”. Depuis peu, il y a des mini-vidéos d’exercices, toujours un plus pour apprendre de nouveaux enchaînements. Si vous voulez vous refaire une santé autant au niveau du corps et de l’esprit, les filles d’HF proposent des retraites sportives et détentes dans un luxueux chalet des Laurentides ou encore mieux à l’étranger : prochaine destination le Costa Rica

3 personnalités sportives - Good Morning Montreal

Instagram /  HappyFitness

Et vous quels gurus du sport suivez-vous sur les réseaux sociaux ?

Devenir plus efficace avec la technique Pomodoro

Je ne suis pas quelqu’un qui procrastine beaucoup mais lorsque quelque chose m’ennuie ou ne m’intéresse pas forcément, je met un peu toute la mauvaise volonté du monde à me mettre à la tâche. C’est un peu malheureusement, le cycle professionnel dans lequel je suis actuellement. Cela manque plus ou moins d’attrait et il est vrai que j’ai un job qui ne nécessite pas une mobilisation importante de mes capacités intellectuelles. Donc bref, je fais ce qu’on met dit puis je met mon cerveau à off. Sauf que ce mood là n’est pas bon du tout pour son estime de soi et son bien être. Le pire c’est qu’il est contagieux pour d’autres tâches où tu prends normalement du plaisir  (dans mon cas blogguer). Alors j’ai décidé de prendre les choses en main et de tester une nouvelle méthode de travail pour être une fille hyper efficace en 2016. Il s’agit de la méthode Pomodoro.

Cette méthode a vu le jour dans les années 80 par Francesco Cirillo, elle permet de fractionner le temps de travail afin de garder le focus sur une tâche bien précise avant de s’accorder une pause réduite pour s’aérer l’esprit. Cette technique s’adapte plus particulièrement aux gens qui travaillent sur PC (ou Mac, hein chipotez pas !).

#1 Choisissez une tâche qui exécute facilement dans un espace temps court. Oubliez le multi-tâche, impossible de se concentrer efficacement en ayant 1000 choses en tête.

#2 Réglez votre minuteur  pour 25 minutes (j’utilise marinaratimer.com). Durant ce laps de temps, restez concentré sur votre tâche. Lorsque l’on est en open-space ou dans un bureau à plusieurs, l’idéal est de mettre ses écouteurs, même si vous n’écoutez pas de musique, cela envoie le signal à vos co-workers de ne pas vous déranger. 

#3 Quand le minuteur retentit, prenez le temps de noter votre tâche, cela permet par la suite d’évaluer le temps passé sur un projet. Dans mon expérience, j’ai sauté cette étape car elle ne s’applique pas à ma job.

#4 Accordez-vous une pause de 5 min (minuteur enclenché sinon on déborde facilement), profitez-en pour aller chercher un thé/café, checker les réseaux sociaux (activités tellement chronophages…) et réfléchissez à la tâche suivante.

#5 On enclenche à nouveau le minuteur pour 25 minutes et on garde le focus sur notre to-do.

Tous les 4 pomodori ou sessions de travail, accordez-vous une pause plus importante (environ une quinzaine de minutes), levez-vous de votre chaise, marchez, étirez-vous, grignotez, allez prendre l’air afin de redonner un coup de fouet à votre esprit.

J’ai tenté l’expérience sur une semaine complète du Lundi (11/01) au Vendredi (15/01).

Les deux premiers jours, j’ai travaillé de la maison par sessions de 30 mins cela a été extrêmement efficace en une matinée j’ai abattu le travail d’une journée, j’ai donc pu travailler sur les fameuses To-do à faire si on a le temps.

Le mercredi, retour au bureau, un peu plus compliqué car retour de vacances de mes collègues, on a papoté puis on s’est tous lancé dans l’aventure en se partager le timer Marinara. Journée productive mais plus difficile dans la gestion car beaucoup de va-et-vient dans le bureau.

Le jeudi, journée tout aussi productive même si la fatigue se fait plus ressentir, on sent que le cerveau “bouillonne” un peu plus.

Vendredi, toujours une journée spéciale hein ! Pourtant les sessions de travail ont été productives à l’image de la semaine. Un peu plus de difficultés à démarrer de nouvelles sessions à cause de la contrainte de temps, on dirait que le vendredi, on a besoin de plus de souplesse.

Pour faire le bilan global de cette technique de travail, je vous dirai que c’est une belle découverte. Cela m’a permis d’être plus efficace et donc plus productive. Cela m’a redonné le coup de boost dont j’avais besoin en ce début d’année. Je pense continuer à travailler de cette manière. Pas toute la journée car le fait d’être timée en permanence cela peut-être stressant à la longue mais sur des demies-journées cela me parait un bon compromis. Étrangement, cela m’a semblé plus “difficile” au bureau qu’à la maison. Au bureau, il y constamment du mouvement ce qui fait qu’il est difficile de ne pas être interrompu durant un session. Au contraire à la maison, on crée une bulle de concentration et la session se déroule plus en douceur (ce n’est uniquement que mon ressenti…). Niveau fatigue, vu que l’on a été concentré plus ou moins 40 heures dans la semaine, celle-ci est bien présente. Elle est accompagnée d’un bien-être du devoir accompli presque similaire à celui d’une séance de sport. Bref, il n’y a pas meilleur moyen que de savoir si cette méthode de travail vous convient que de l’essayer.

Alors tenter par l’expérience ?

Dîner d'exception à l'Europea

Fichier_009Il y a des restaurants où lorsque l’on a l’opportunité d’y manger, on s’estime chanceux. C’est exactement le sentiment que j’ai eu lorsque j’ai dîner à l’Europea (Relais et Chateaux).

L’Europea dont la réputation n’est plus à faire et une des meilleures tables au Monde selon Trip Advisor.

On peut ainsi dire que ce restaurant et son chez Jérôme Ferrer sont des institutions Montréalaises.

Ce fameux restaurant se situe dans au centre-ville entre St-Catherine et Le Centre-bell. Sur la prestigieuse rue De la Montagne qui accueille plusieurs boutiques de Luxe.

La renommée et la notoriété du chef Jérôme Ferrer mettent la barre haute. Lorsque vous avez la chance de dîner dans un restaurant de cette envergure vous avez des attentes inespérées. Et bien, je peux vous dire que le repas a été largement à la hauteur de mes attentes. Il est même difficile de vous décrire les différents plats dégustés tant l’execution est complexe et parfaite.
Vous y découvriez des saveurs sublimées, presque indescriptibles. La cuisine ne se lit pas, la cuisine se goûte et se vit. Voici un aperçu du menu découverte (35$-midi uniquement) :

  • Notre cappuccino de crème de homard à la purée de truffe
  • Tronçons de foie gras au torchon maison, croustillants de langoustines aux herbes fraiches
  • Caramel d’agrumes. Smoothie carotte, pomme verte-gingembre. Son pain brioché
  • Pétoncles saisis et fumet de champignons. Légumes racines d’automne et pomme de terre
    style duchesse.
  • Friandises et gourmandises de nos pâtissiers

Cette expérience, n’est pour ainsi dire que les prémices de la cuisine du chef mais rien que cela, ça vaut mille fois le déplacement. Certain pourront trouver cela dispendieux pour un lunch. Déjà, je trouve cela très réducteur de considérer comme un lunch. Et lorsque vous goûter à tant d’excellence dans la cuisine, vous trouvez le prix ridicule. Vous serez d’accord avec moi que certains brunchs “passables” pour ne pas dire sans intérêt peuvent revenir à une vingtaine de dollars Donc de se passer de 2 restaurants moyens, pour s’offrir l’exceptionnel.

Vous l’aurez compris, j’ai été plus que séduite par cette expérience même si souvent je ne suis pas à l’aise dans les restaurant de ce rang. Tout est fait pour que vous soyez conquis. Le service est parfait, petit tabouret pour votre sac à main, lettre personnalisée du chef, il n’y a rien à ajouter.

Si vous n’avez pas été séduit pas les mots, j’espère que les photos finiront de vous convaincre de tenter l’expérience.

L’Europea
1227 de la montagne, Montréal Qc, H3G 1Z2
Tél: (514) 398-9229 (réservation rquise)
Courriel: info@europea.ca

Vivre sans TV

giphy (3)

Un matin de novembre, j’écoutais les infos en prenant mon petit déj, comme à l’habitude et là tout à coup : écran noir. Ecran noir mais encore du son. Je n’ai pas vraiment le temps mais je bidouille les fils, je débranche, je rebranche, je fais le reset qui normalement est censé fonctionner et là rien. Je pars au travail n’y pensant plus. Le soir Mr G se penche sur le problème. Recherche sur le web, c’est le panneau LED qui est mort. Bon çà agace car la tv n’a même pas 2 ans et que la garantie est arrivé à expiration il y a un mois damn it !

On est pas pour la sur-consommation donc on tente la réparation. Je trouve un réparateur de la Plaza St-Hubert ! La meilleure joke de 2015 celui-ci ! Bref, nous sommes en Janvier et nous n’avons toujours pas de TV. Cela fait 2 mois et demi que nous vivons sans et je voulais partager avec vous cette expérience.

On vit clairement dans une société d’information et d’écrans. Enlevez un des écrans et vous avez l’impression que l’on vous a enlevé un organe. J’exagère un peu mais c’est un peu la panique quand même. Du moins au début. C’est lorsque l’on n’a plus de TV que l’on se rend compte de la place qu’elle prenait au quotidien. Et encore, je ne suis pas une grande fan de TV, je ne la regardai pratiquement jamais mais lorsque j’étais seul, je l’allumais, histoire d’avoir de la compagnie. Je passais littéralement  mon temps à zapper de programmes niais en programme encore plus niais mais je faisais quelque chose puis là du jour au lendemain, il faut combler le vide.

Le vide et Le silence. Le silence dans un couple rend parfois mal à l’aise. On peut se dire, mon dieu, on n’a plus rien à se dire au bout de 10 ans de relation, c’est plate ! Je préfère me dire que l’on se connait tellement bien que l’on n’a pas besoin de se parler pour se comprendre. Et je suis confortable avec çà. Je ne suis déjà pas une grande pipelette, et je parle déjà beaucoup (trop) à la job. Mr G est littéralement un ours. Il faut se rendre à l’évidence que l’on n’a pas toujours des choses (intéressantes) à se raconter. La TV qui comblait ses vides laisse maintenant place à un silence décomplexé.

Je pense sincèrement que la panne de cette TV est une des meilleures choses qui nous est arrivé. Non, le fait d’avoir fait appel à un réparateur incompétent, of course. Mais le temps libre pour des activités culturelles plus enrichissantes que cela libère, est tout simplement jouissif. 

Je pense en premier lieu à la lecture, on a lu des bouquins formidables (Joël Dicker ♥) durant cette pause TV. On redécouvre le plaisir d’écouter de la musique. On fait du rangement et on en retire une satisfaction personnelle, quasi un bien-être (par on = je. Mr G ne range pas, il s’en fout de ce bien être là) ! Nous avons re-découvert une émission et c’est la seule que nous regardons via le web, il s’agit du Petit Journal, c’est un genre d’Infoman français. J’ai vraiment l’impression de ne plus subir la TV avec ses programmes peu glorieux et cela me donne le sentiment d’être plus smart, je sais c’est weird !

L’absence de TV développe votre créativité. On fait du web, un nouveau design pour le blog, un nouveau logo encore en travaux pour moi. Ce qui m’étonne le plus et qui en même temps est le plus cool, c’est la nouvelle passion pour le dessin de Mr G, je trouve ça chouette, à 35 ans de s’initier à un nouvel art. Puis autant dire qu’il est doué. Après 10 ans de relation découvrir encore des choses sur son chum ben c’est juste le bonheur.

Je reste persuadée, même s’il dit le contraire que ce nouvel hobby vient de l’écran noir. Cela ouvre des nouvelles perspectives, comme une renaissance, un retour aux basiques et ça fait du bien. Résultat, cette semaine, j’ai annulé mon abonnement TV chez Bell (oui, je ne l’ai pas fait avant car je ne pensais pas que ça prendrait si longtemps). Et puis si un jour l’écran noir se rallume, on verra à ce moment là. Pour l’instant, on en profite.

Et vous seriez-vous prêt à tenter l’expérience ?

NDLR : Toujours abonnée à Netflix pour regarder d’excellents documentaires comme “Making a murderer” via ma tablette mais ce n’est que du contenu de qualité donc ça ne compte pas. 😉

Crédits : Giphy

Les Cocottes : Anti-dépresseur culinaire

Les Cocottes- Good Morning MontrealLes Cocottes est un des restaurants de la rue Beaubien qui vaut le déplacement. En effet, le restaurant se qualifie lui même d’anti-dépresseur culinaire. Quoi de mieux alors qu’un soir de semaine d’hiver pour se remettre un peu de baume au coeur.

Jonathan Cohen est le chef-propriétaire des Cocottes, il a fait ses classes auprès de grands noms de la cuisine française. Mais je vous rassure sa cuisine n’est pas pompeuse pour deux sous. C’est une cuisine comme je les aime : simple, goûteuse mais savamment executée et surtout de qualité. Le chef est très attaché à la qualité et provenance des produits. Il met en valeur des produits locaux et puise son inspiration dans ses nombreux voyages.

Au menu ce soir là, nous avons été tenté par les accras de morue à se partager entre amis, c’est l’idéal. Ensuite, la table s’est divisée en 2 clans, le clan québécois avec la cocotte québécoise qui est une Braisade De Cerf De Boileau Cuit À La Bière Ambrée, Sauce Au Pain D’épices Maison puis le clan qui aime la cuisine du monde, le clan qui avait envie de voyager en cette soirée (ce clan = moi toute seule) avec la cocotte orientale qui est, si mes souvenirs sont bons, du veau (pas certaine du tout de la viande, sorry) avec des pruneaux et abricots. Bref un plat sucré-salé aux accents du moyen-orient comme je les aime. Ces plats étaient accompagnés de salade. Si vous me  permettez la formule : de l’amour en cocottes.

 

Certains vous diront que les portions étaient petites. Personnellement, je vous dirai que c’était parfait. Je suis un peu tannée des portions oversize, comme si on voulait nous gaver comme des oies. En plus, ce qui est génial c’est que vous avez zéro culpabilité pour choisir un dessert. Et là, je peux vous dire que la gourmande en moi était très très heureuse.

Encore là, 2 clans : le pot surprise, qui était des profiteroles au chocolat, j’ai goûté une petite cuillère, pour l’intérêt de l’article bien sûr, et elles étaient très bonnes. Puis, il y a avait le mi-cuit au chocolat avec sa mousse au Carambar. Le Carambar est un bonbon au caramel très populaire en France et littéralement le bonbon de mon enfance. Je n’avais d’autre choix que de prendre ce dessert qui était un délice, sucré mais pas trop et chocolaté à souhait.

Coup de cœur pour les Cocottes. C’est un restaurant tout jeune qui mérite d’avoir sa place dans les bonnes adresses Montréalaises à partager, en tous cas elle fait partie des miennes et vous ne devriez pas passer à côté (parmi mon top 5, et dans mon quartier = bonheur absolu).

Les Cocottes proposent aussi des brunchs que j’ai hâte d’essayer, je vais d’ailleurs me dépêcher avant qu’il y ait des files interminables 😉

Les Cocottes
51 Beaubien Est, Montréal QC H1S 1R1
Métro Beaubien / De Castelneau (proche de St-Laurent / Petite Italie)
+1 (514) 276-5880  /@: miam@lescocottes.ca

Crédit photo : Good Morning Montreal / Les Cocottes

Ikanos : Fine cuisine méditerranéenne

Si vous aimez la cuisine méditerranéenne et les fruits de mer, rdv au restaurant Ikanos sur la rue Mc Gill  dans le Vieux-Montréal.

Ikanos propose une cuisine grecque chic et moderne dans un décor épuré au design chaleureux. Dès l’entrée, on sent que la cuisine va être de qualité avec un beau bar à fruit de mer. D’ailleurs, à presque 30 ans j’ai mangé mes premières huîtres ce soir là, je vous avouerai que les petites huîtres sont bonnes, les plus « grasses » ont comme du mal à passer. Je suis ravie d’avoir tenter l’expérience !  Côté cuisine, Ikanos propose des plats d’une grande qualité et d’une grande finesse. Toute la table a été conquise par le repas mais je vais particulièrement vous parlez de ce que j’ai eu la chance de déguster ce soir là :

– En premier service : Huîtres et soupe du jour (je me souviens plus vraiment de la composition de cette soupe mais dans mon souvenir, elle était délicieuse)

– En entrée : Pétoncles poêles, terrine de foie gras La canardière, raviolis aux choux et pommes fumées, crème de panais chanterelles et noisettes.

– En plat : Magret de canard poêlé, dolmades à la caponata, purée de dates, betteraves, pleurottes et sauce au vin rouge

– En dessert : Gâteau au chocolat noir, mousse au chocolat noir et café, crémeux au chocolat, noisettes caramélisées

Comme vous pouvez le constater, c’était copieux. Les plats étaient bien exécutés. A la hauteur des prétentions de ce restaurant.

Je ne connais pas particulièrement la cuisine grecque , je ne pourrais pas vous garantir que ce restaurant sera la madeleine de Proust de vos vacances 2013 à Santorin. Par contre, je suis certaine que vous y dégusterez des plats aux influences méditerranéenne avec des produits frais de qualité. Nous étions là en gang pour notre party de bureau, donc l’ambiance était très bonne, le service était fin, attentionné et patient  : nous étions pas mal dissipés ;-).

 

Un grand merci à mes co-workers qui ce soir là, on jouait le jeu des bloggers d’un soir.

Restaurant Ikanos
112 McGill, suite #1 Montréal, H2Y 2E5
514-842-0867 / info@restaurantikanos.com
Métro : Square Victoria OACI