Vivre au Quebec : terre d'opportunité

Cette semaine, les nerfs des futurs pvtistes ont été mis à rude épreuve. En effet, c’est lundi qu’ont débuté les candidatures pour le pvt Canada 2017!  Le précieux sésame permet de travailler 2 ans au Canada. Ce n’est pas par ce biais que nous avons décidé de venir au Canada. Il est vrai que si j’étais un peu plus jeune, c’est quelque chose que j’aurai beaucoup aimé faire ! Dans ma tête de globe-trotteuse et peut-être dans une autre vie, j’aurai aimé faire ce type de permis vacances-travail, disponible en Australie, Argentine, Japon, Chili, Nouvelle-Zélande, Colombie et bien d’autres. D’ailleurs, si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas, vous vivrez des expériences incroyables.

Après vous avoir partager mon bilan de nos 3 ans au Canada/Quebec. J’avais envie de vous parler des opportunités « pro » qu’offrent le Canada. Par professionnel, je n’entend pas forcément gagner de l’argent en tous cas pas tout de suite ! Je pense plus à un accomplissement professionnel à savoir que si vous avez des projets, des rêves qui vous tiennent à cœur, vous aurez la possibilité de les réaliser à condition de vous en donner les moyens. On pourrait facilement utiliser le « Yes, We Can » de la campagne de Barack Obama. Parce que oui, tout est possible. La seule limite à vos projets, c’est vous même!
Lorsque je fais un peu le bilan de la dernière année, je me rend compte que j’ai pris part à des projets bien le fun !
Le blogging me passionne déjà depuis plusieurs années avant même que cela soit dans la tendance. J’aime partager avec vous mes expériences, mes bonnes adresses etc. Je suis moi-même une lectrice assidue de nombreux blogs. Lorsque le blog Me myself and Montreal cherchait des collaborateurs, j’ai donc saisi l’opportunité de vivre une nouvelle expérience. Blogger sur un autre support apporte bol d’air frais et cela m’a permis de faire des chouettes rencontres. D’ailleurs, je vais bientôt revenir avec un article sur le zéro déchet montréalais, il faut juste que trouve le temps de m’y mettre.

Mes articles sur MMM

Obsidem : du jeu à la réalité / Le café Ferlucci / A la découverte de T-surprise / 5 conseils pour une perte de poids durable / 10 idées de cadeaux pour les sportives

mmm

Dans le même thème, j’ai participé à l’écriture d’un ebook sur les bonnes adresses zéros déchet à travers le monde. Avec des copines blogueuses, nous avons abordé Montréal, les différentes possibilités zéro déchet qu’offre la ville. Ce gros travail a été développé par le Zero Waste Bloggers Network avec à sa tête Inge, du blog GrÜNISH, qui a coordonné le tout et qui a abattu un travail colossal.

good morning montreal

Dernier projet en date et non des moindres, puisqu’il touche à mon « désir » entrepreneurial. Mon ami Cyril, qui est à l’initiative du projet et moi même, avons lancé cette semaine, la marque Grasse Poutine. Notre objectif, rendre hommage à notre territoire d’adoption et à sa langue colorée qui la caractérise tant.

Nous sommes tombés en amour du Quebec et de sa culture, c’est donc tout naturellement que nous voulons la partager vous et la porter fièrement sur le torse. Grasse Poutine est une boutique de vêtements mais pas que. C’est aussi une page Facebook, un Twitter et un Instagram sur lequel on vous partage tous les jours nos trouvailles culturelles. Alors si vous aimez le Québec autant que nous où que vous souhaitez juste nous encourager, n’hésitez pas à nous suivre.

Good Morning Montreal

Finalement, que l’on soit en France ou ailleurs, la vie nous offre souvent des opportunités. Souvent, on les refuse par peur. Peur de l’inconnu, peur de l’échec. Alors oui, elles ne seront pas toujours financièrement intéressantes, mais l’argent ne fait pas tout. Dîtes-vous bien que lors d’une immigration, vous n’avez plus rien à perdre, vous avez tout à gagner.

 

Plus de lecture

#Crise de la trentaine / Montréal, il faut qu’on parle / La Mauricie / Montréal à vélo

 

 

 

Publicités

Témoignage d'une trentenaire désabusée

Qu’est ce que tu voudras faire quand tu seras grande ?

C’est fou comme cette question revient sans cesse. Je me souviens lorsque j’étais petite avoir posé cette question à mon père, qui m’a répondu qu’il ne savait toujours pas ce qu’il voulait faire lorsqu’il serait grand. Moi quand j’étais petite, je rêvais d’être chorégraphe, styliste, journaliste et avocate. Dans la vingtaine, je me voyais faire une grande carrière dans la communication et le marketing, vouer ma vie au travail et gagner beaucoup d’argent ! Si vous saviez à quel point la déception a été grande. Oui, j’ai travaillé dans la com’ à gagner des peanuts et à être traité comme de la marde !

girl rupaul work it gurl ru paul

Aujourd’hui à presque 30 ans, alors, qu’il est temps pour moi de changer d’emploi, je me demande encore ce que je voudrais faire lorsque je serai grande ! L’autre jour avec mon amie L. qui a une « belle » place dans une grande compagnie, on a eu cette conversation, sur le fait que notre génération se cherchait un avenir qui a un sens. Alors que nos parents auraient rêver d’intégrer la grande entreprise avec ses 3 semaines de congés, ses REER, son assurance maladie etc. Nous trentenaires désabusés, on est prêt à quitter des conditions d’emploi avantageuses pour avoir un job qui nous prend aux tripes. On veut plus qu’une bon job. On veut une job pour lequel on se sent utile alors que nous avons grandi dans un monde de futilités. On veut une job qui nous stimule, qui nous challenge, qui est en accord avec nos valeurs, une job qui a du sens. L’argent est important mais la qualité de vie l’est encore plus. Est-ce que l’on en demande trop ?!?

trentenaire désabusée

credit photo

Fait-on partie d’une génération qui veut tout et dans les meilleures conditions ?! Est-ce que je devrai me contenter d’un job dans lequel je ne m’épanouie pas et que je devrai m’estimer heureuse d’avoir une job « stable » ?
Bref, internautes, comme chaque personne arrivant dans une nouvelle dizaines, je me cherche ! Après 3 ans, passée dans un job « alimentaire », j’ai l’impression d’avoir régressé, d’avoir perdu mes compétences en com’ et de plus rien valoir ! Alors si je peux te donner un conseil, c’est qu’un job alimentaire, on sera tous amener à en faire un à un moment donné mais surtout ne t’y installes pas trop car il sera difficile ensuite d’en sortir et surtout de trouver des nouvelles compétences à ajouter à ton CV. Puis pour ma part, je vais continuer à réfléchir à ce que je vais faire quand je serai grande…

Si tu connais cette situation et que tu as envie de m’apporter tes conseils, n’hésites surtout pas !

Bilan et conseils pour les futurs immigrants au Québec

Edit : l’immigration est une chose très particulière et personnel. Chaque expérience est différente.

Lorsque le site expat.com m’a contacté pour une interview sur ma vie d’immigrante au Québec, j’ai constaté que je n’avais pas écrit d’article sur le sujet ! Aspirée par la routine sans doute et aussi sur le fait que nous sommes des milliers dans ce cas, le sujet étant devenu banal. Puis comme chaque expérience est différente, je me suis donc dit peut-être qu’un bilan/conseil pourrait en aider quelques-uns.

Alors voilà, le 6 août dernier, nous avons fêter notre 3e Canadanniversaire comme nous, les immigrants aimons l’appeler, c’est drôle car cela fait écho à une nouvelle naissance : Un renouveau, un départ de zéro. En choisissant de venir vivre au Canada, vous devez prendre conscience que vous allez recommencer votre vie à zéro. Et pas seulement, d’un point de vue professionnelle.

Le Canada n’est pas un Eldorado

On peut dire, dans un sens, que nous avons eu de la chance d’un point de vue professionnel. Pour ma part, j’ai envoyé un CV, passé un entretien et j’ai eu un travail seulement un mois après notre arrivée. Un emploi qui ne correspondait et qui ne correspond toujours pas directement à mes compétences mais au départ, vous devez mettre un pied dans le monde du travail québécois et peut importe par quelle porte vous entrez.
Mr G a mis 3 mois avant de trouver une job dans sa branche qui est assez spécifique (le hic c’est que c est à 60kms de MTL). Donc de ce côté là on peut dire que c est globalement positif !

Montréal immigration

De par mon expérience pro à MTL aujourd’hui, je peux vous dire que si vous travaillez dans le milieu des services peut importe votre poste, l’anglais sera une compétence requise. Et si vous êtes plutôt so-so de ce côté, je vous conseille de vous y mettre sérieusement car cela freinera considérablement vos recherches d’emploi ! Côté vacances, vous allez amèrement regretter vos 5 semaines. Le minimum est 2 semaines de vacances, les plus chanceux en auront 3 à l’embauche ! 2 semaines c’est peu et difficile, surtout quand la job est fatiguant nerveusement ou physiquement. Mais on s’habitue à tout !

Loin des yeux mais encore plus près du cœur

Côté personnel, plusieurs statistiques montrent que certains couples ne survivent pas à une immigration et je peux le comprendre car c’est énormément de changements d’un seul coup et tout le monde ne les gère pas de la même manière !
La distance avec la famille est un gros point noir sur le tableau, c’est au moment ou l’on se retrouve seul devant sa « dinde » de Noel que l’on prend conscience de l’importance de ces moments de réunion. Vous allez manquer des étapes importantes dans la vie de vos proches : mariages, naissances, décès. Malheureusement, rien ne vous prépare à ça et il faut vivre ces situations pour les comprendre. Mais je vous rassure on s’habitue à tout et même à  la distance et même j’aime à dire que la distance rapproche car maintenant je sais à quel point le temps passé avec mes proches est précieux.

Canada immigration

Côté cercle amical, encore une fois nous étions chanceux, nous avions déjà des amis sur place. Les rencontres se font aussi plus facile grâce aux réseaux sociaux. Ne cherchez pas à tout prix à vous faire des amis québécois ! ( le sujet revient beaucoup sur les forums  d’immigration). Ce n’est pas quelque chose qui se contrôle, c’est une histoire d’alchimie tout simplement ! Puis vous aurez plus de point communs avec des gens qui vivent la même chose que vous et c’est l’fun pareil, peut importe leur nationalité.

Québec : give me your money ! (ça sonne mieux en anglais #sorry)

Je dirai qu’il est sensiblement le même qu’en France, dépendant d’où vous habitez. Nous habitions en région Rhône-Alpes où les prix étaient assez élevés et nous ne voyons pas un grand écart.

Pour être synthétique :
-Logement : – cher qu’une ville comme Lyon à la location.
-Voiture : + cher, car vous payez vos plaques et votre permis tous les ans !
-Épicerie : + cher (dépend essentiellement de votre alimentation mais si vous cuisinez beaucoup de produits frais comme nous, c’est plus cher)
-Loisirs : + dans la mesure où dès que vous souhaitez faire une activité dans un parc national, l’entrée est payante.
-Salaires : difficile à dire de par mon expérience mais comme les impôts sont pris à la source, l’argent gagné est de l’argent de « poche » (lisez ça avec de gros guillemets hein !).

Globalement à salaire équivalent, la vie est plus douce et plus agréable à Montréal.

Canada conseils

Un esprit sain dans un corps sain

Je ne vous apprend rien si je vous dis que le système de santé est saturé. Il est vrai que les médecins de famille se font rares à Montréal et que si vous avez un rhume, grippe où tous ses petits maux du quotidien, il n’est pas utile d’aller encombrer un peu plus les salles d’attentes des cliniques médicales. Par contre, si vous avez un réel besoin de voir un médecin, vous le verrez mais pour cela vous devrez vous lever tôt. J’ai déjà fait la file à 6h30 du matin devant une clinique pour être certaine de voir un médecin et je n’étais pas la 1ère, j’ai attendu 3h30 pour une ordonnance c’est plate, mais c’est notre réalité. Par contre, une fois que vous êtes dans le système de santé en cas de besoin plus grave qu’une ordonnance vous êtes très bien pris en charge.

L’hiver, le fameux

Je ne vais rien vous apprendre en vous disant qu’il fait froid, très froid. Et qu’il y a de la neige beaucoup de neige ! Mais en étant bien habillé, on peut profiter de l’hiver. Et non les manteaux Canada Goose ne sont pas une obligation, il y en a des beaucoup beaucoup plus abordables qui font très bien la job ! Ce qui est difficile ce n’est pas le froid, c’est la durée de l’hiver. Arrivé au mois de mars/avril, tout le monde en a un peu ras-le-bol du froid et la slush (neige fondue). On a qu’une hâte, c’est que le printemps pointe le bout de son nez.

Canada vie d'expat

Si c’était à refaire

Il y a encore beaucoup d’aspect de l’immigration que l’on pourrait aborder mais pour un 1er bilan, je pense que cela répond aux principales préoccupations que les futurs immigrants peuvent avoir. Si c’était à refaire, nous le referions sans hésiter même si tout n’est pas rose. C’est une des plus belles expériences (méga enrichissante!) de notre vie.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les laisser en commentaire, ça me fera plaisir d’y répondre

 

Montréal, il faut qu'on parle

Je me souviens très bien avoir déjà prononcé ces mots :
« Plutôt mourir que de vivre sur la rive sud ! » / « Jamais, j’irai m’enterrer en banlieue » 

Quelle idiote ! Aujourd’hui, je suis à l’aube de faire mes cartons direction la banlieue !

Cette réalité a été difficile à encaisser et cela m’a pris du temps avant d’accepter qu’il y a de la vie de l’autre côté des ponts (enfin de je l’espère ;-p ).

 Mais alors pourquoi déménager ?
Je vais être honnête avec vous ce choix se fait 80% par amour et 20% par choix de raison. La vie d’adulte (la trentaine me pend au bout du nez) est faite de concessions et encore plus en couple !
Cela fait 2 ans et demi que Mr G fait des allers-retours Montréal-St Hyacinthe soit 60 kms matin et soir ! Je ne vais pas m’aventurer à vous parler de temps de trajet car c’est indécent rendu à ce point ! Ce n’est plus possible ! Mr G travaillant dans un domaine spécial, il n’est pas facile de changer de travail. Il a eu la chance de trouver une belle entreprise où il a de la considération et où son bien-être est pris en compte et ça c’est précieux.

Si vous habitez Montréal et que vous avez une voiture, vous savez sans doute à quel point il est difficile de circuler sur l’île. D’y entrer et d’en sortir est devenu un vrai casse-tête. Même en fin de semaine.
Petite anecdote : au retour de notre super voyage dans les maritimes (dont je vous parlerai bientôt), nous avons fait grosso-modo 950 kms (c’est quelque chose quand même) ! Dont 1h30 pour les 20 derniers kilomètres , un jeudi soir à 18h WTF ?! Et là j’ai compris ce que Mr G vivait depuis plus de 2 ans…Ils sont là mes 80%.

$$$$

Les 20% restant sont le fait de vouloir avancer dans la vie en devenant propriétaire (tsé investir mes économies quoi !). J’ai dû me faire à l’idée que l’on n’avait pas les moyens de s’offrir un joli cocon dans notre quartier pour l’instant. ♥Villeray♥, tu t’embourgeoises bien trop vite puis tes prix nous dépassent !

Le silence est d’or

Vouloir un peu plus de calme aussi car cher voisin, je sais qu’au fond tu n’y peut rien mais tu ne parles pas, tu hurles et je ne supportes plus ta grosse voix. Rien que de t’entendre parler cela m’hérisse le poil…#sorrynotsorry. J’ai littéralement l’impression que cela fait 3 ans que l’on fait un ménage à 4 voire 6 lorsque celui du dessous est d’humeur joyeuse.

De l’air et de l’espace

Vouloir aussi un peu plus d’espace surtout extérieur, une cour, un petit jardin pour profiter d’être dehors le temps venu. Intérieur aussi mais on se satisfait de peu. On en est au point de se demander de ce qu’on va faire de tout cet espace (chambre d’amis, bureau, gym…une foule de possibilité !)

Je vous avouerai que je ne suis pas sereine à 100% quant à cette décision. Cela va être un grand changement dans MA VIE. Et je dis ma vie non par égocentrisme mais uniquement car c’est pour moi que les changements vont être les plus importants, c’est ma routine qui va être chamboulée au complet. Dans un premier temps, cela va être de prendre le train pour aller à la job, d’avoir une voiture, de voir un peu moins les copines à la sortie du travail, plus de gym (que je fréquente depuis 3 ans) etc. Pfiou…de quoi avoir le tournis.

Parce que Montréal, je t’aime d’un amour inconditionnel même si parfois tu me rends folle par ton trafic, tes travaux et tes foules ! J’aime me balader dans tes rues, j’aime tes cafés, tes restos, tes festivals et tes parcs ! J’aime la liberté de mouvement que tu m’offres. Bref, je suis montréalaise dans l’âme mais j’aime Mr G plus que toi, Montréal. Et tous tes petits cafés et boutiques de quartier n’y changeront rien. Mais ne t’inquiètent pas, je te rendrai visite souvent et promis je garderai mon nom 😉

Edit: Ce post n’a pas absolument pas vocation à lancer un énième débat Montréal versus la Rive Sud ni à émettre de jugement, chacun vit où bon lui semble et pour les raisons qui lui appartiennent. J’avais juste besoin de partager cette tranche de vie.

La Mauricie : encore et toujours

 

tourisme mauricie

La Parc National de la Mauricie est vraiment mon petit coin de nature préféré proche de Montréal, je vous en ai déjà parlé à  plusieurs reprises (Pourquoi découvrir le Parc National de la Mauricie / Camping d’hiver en Mauricie). Je suis désolée mais je suis comme trop en amour avec ce parc pour ne pas vous partager mes nouvelles aventures en photos. Comme vous vous en doutais, j’aime tellement cet endroit qu’il était impossible pour ne pas faire découvrir ce petit coin de paradis à mes amis de France qui ont soif de « grands espaces » à la Canadienne.

canot quebec

Nous avons profité de l’occasion pour initier nos Frenchies au canot, ils ont pu voguer sur le lac Wapizagonke, comme s’ils étaient seuls au monde. Nous avons pagayé pendant 1h30 avant de nous rendre sur une plage de sable « blond » au milieu du lac. Ils sont restés sans voix devant la beauté de l’environnement. Nous qui sommes un peu plus habitués sommes toujours autant conquis par la beauté de la nature Mauricienne.

Mauricie canada

tourisme quebec

quebec canada

Quebec tourisme

Parc de la Mauricie

quebec tourisme canada

Pour l’occasion, nous avions réservé un logement sur Air BnB (profitez d’un chouette rabais). Le gîte de Ninon se situe au 45e km sur la route 155 nord en bordure de la rivière St-Maurice. Près du Parc national de la Mauricie et de la Réserve faunique St-Maurice. Un chalet rustique en bord de rivière avec une belle piscine, malheureusement ce weekend là la météo était capricieuse.

Mauricie

Quebec tourisme

La météo ne nous freine pas pour autant dans notre découverte de la Mauricie, direction le réserve faunique, avec ses routes en garnottes, on se sent de plus en plus seuls face à la nature. L’espoir de mon amie Clémentine, voir au détour d’un virage un orignal ou un ours, dommage pour elle, cela ne sera pas pour cette fois-ci.

Canada tourisme

chutes mauricie

tourisme quebec

réserve faunique St Maurice

Les paysages de la Mauricie mettent toujours du baume au cœur si vous aimez la nature. Il faudrait être fou pour passer à côté de la belle Mauricie.

Si c’est votre première visite au Québec, vous devez absolument vous rendre en Mauricie vous verrez de vos yeux les grands espaces canadiens qui vous font tant rêver.

Lors de ce séjour, j’ai fait des centaines de photos, impossible pour moi de toutes les publiées ici, alors n’hésitez pas à me rejoindre sur Instagram, je vais vous les partager avec vous d’ici les prochaines semaines.

Informations Pratiques
Le Parc National de la Mauricie
2h de Montréal
Tarif : 7.80$
Location canot : environ 30$ pour 4h

Réserve faunique St-Maurice
environ 3h de Montréal
Tarif : 8.50$ +12$ pour la voiture

Notes : Une seule entrée, celle de l’accueil Matawin, permet d’accéder à la réserve faunique du Saint-Maurice. On y accède par la route 155. Elle est située sur la rive droite du Saint-Maurice, à Trois-Rives, à 2 km au sud du pont qui enjambe la rivière (passage tarifé par la Corporation du Pont Mékinac).

 

Envie de voyager au Québec, voici quelques articles qui devraient vous intéresser.

Escapade au Parc National du Bic / Weekend nature dans Lanaudière / En pleine nature

 

Montréal : Jouer les touristes à vélo

Après 3 ans de vie à Montréal, il est difficile de découvrir de nouvelles activités. Rien de mieux que de la visite de France pour jouer les touristes dans sa propre ville. J’avais vraiment envie de leur faire découvrir l’âme de Montréal et ses différentes facettes. Rien de mieux pour cela que d’arpenter l’île à vélo.

Je ne suis pas très adepte du Bixi, tout simplement car rouler dans la circulation me fait peur.Nous nous sommes donc rendus dans le Vieux-Montréal chez Ça roule Montréal. L’équipe est très sympa et efficace, le tarif pour la journée est de 35$.

vélo Montréal

Nous avons opté pour le circuit partant du Vieux Montréal en passant par le marché Atwater, le parc René Levesque à Lachine, Le parc des rapides et Verdun. Une « petite » visite de 35 kms.

Ce circuit permet d’avoir une vision complète de Montréal. Car, on ne le dira jamais assez mais Montréal ne se résume pas aux Vieux-Montréal ni au Plateau Mont-Royal. Pour balader vos « touristes, je vous conseille de vous rendre dans le Vieux Montréal en fin de matinée, de faire un stop en chemin au marché Atwater pour le découvrir et faire quelques emplettes pour votre picnic.

Ensuite, on donne un bon coup de pédale jusqu’au Parc René Levesque, où vous pourrez prendre une pause bien mérité. Profitez-en pour manger un morceau au bord de l’eau.

Montréal se définie par sa diversité à travers ses habitants, son architecture, ses activités, son ambiance. On peut y faire du vélo, du patin, du ski et du surf  au travers de ses 4 saisons. Sur le chemin du Parc des Rapides, vous trouverez le fameux spots de surf de Verdun. Toujours curieux de trouver des surfeurs en pleine ville.

Montréal est une ville de vélos, ses pistes cyclables dédiées (en dehors de la circulation) sont très agréables. On a été un peu moins fans de la partie dans Verdun car figurez-vous que même les piste cyclables sont en travaux ⇒ les montréalais comprendront.

Si vous êtes adeptes du vélo, vous devez absolument faire cette sortie, vous allez adorer et si comme moi cela fait quelques années que vous n’avez pas fait de vélo, cette sortie va vous donner des ailes et des envies d’avaler les kilomètres.

Prochaine excursion : la piste cyclable à la découverte d’Habitat 67 et des Iles Notre-Dame et St-Hélène

Etes-vous prêt à découvrir Montréal à Vélo ?

Weekend nature dans Lanaudière

gitedumatisse-boisMontréal, je t’aime d’amour mais parfois il faut aller prendre un peu l’air pour continuer à t’apprécier à ta juste valeur. C’est alors que le weekend au chalet s’impose. Après avoir exploré les Laurentides et la Mauricie. Nous avons pris le chemin de Lanaudière et de la forêt Ouareau. Moins « touristique » que les Laurentides et les cantons de l’est, il est plus « rapide et facile » de s’y rendre car  forcément il y a moins de trafic. Ce weekend a été organisé sur un coup de tête, en adéquation avec ma nouvelle philosophie de lâcher prise et de cesser de tout vouloir contrôler/organiser.  Je me suis branchée sur AirBnB et c’est ici que j’ai trouvé le chouette gîte de Matisse. Liane et Réjean ont aménagé leur chalet de Lanaudière pour accueillir les visiteurs dans un loft tout confort et indépendant de la maison principale.

Ce magnifique chalet se situe au bord de la rivière Assomption. Le cadre y est calme, serein et reposant. Le loft vous offrira tout le confort de votre maison. Le lit y est très très confortable, la salle de bain moderne, un petit coin cuisine vous permettra de faire votre pique-nique. Le chalet dispose d’un spa idéal pour relâcher ses muscles après vos randonnées à la forêt Ouareau. Si vous souhaitez que ce spa soit bénéfique, on vous propose de la jouer bain japonais en sautant dans la rivière Assomption, on vous promet cela fait un bien fou.

Côté activités nous avons fait principalement de la randonnée au parc de la forêt ouareau, une petit boucle de douze kilomètres qui traverse la forêt. Nous avons été croqué (et non pas piqué, ils étaient voraces) par de nombreux moustiques. Ne faites pas comme nous. Protéger car même si ce n’est pas la saison le plus haute, ces bibites là ont faim ! Les panoramas sont moins grandioses que les Laurentides ou la Mauricie mais tout aussi plaisant.

Le dimanche, direction les Chutes-à-Bull. On ne parle pas ici de randonnées mais plus de balades dominicales (6 km) au bord de la rivière pour finir pas une belle cascade qui fait la joie des familles, car c’est un beau spot pour la baignade.

Nous aimons ces activités qui mêlent plein air et histoire. On y découvre l’histoire de la drave (petite pensée pour mon grand-père : ancien bucheron) et nous pouvons aussi observer une réplique du pont couvert du village. Un arrêt au belvédère nous permet d’admirer la nature  sauvage de Saint-Côme.

A Saint-Côme, vous avez aussi la possibilité de faire du canot/kayak sur la rivière Assomption. Réjean du gîte de Matisse nous a conseillé de faire cette aventure avec Canot Volant. Comme nous sommes partis un peu dernières minutes, nous n’avons pas eu l’occasion des descendre la rivière mais il est certain que nous y retournerons prochainement pour profiter de cette activité.

Laissez-vous charmer par ce petit coin de nature aux portes de Montréal et surtout rendez-visite à Liane et Réjean : gîte de Matisse. Vous serez conquis par la gentillesse des hôtes et le confort de leur foyer.

 

Infos pratiques 

Parc Ouareau : 6$/adulte

Parc des Chutes à Bull : 6$/adulte

Gîte du Matisse : 110$/nuit

 

Si vous souhaitez vous organiser des weekends au chalet profitez de mon code promo Airbnb